top
Actualités Nicolas de Flüe (1417-1487), saint patron de la Suisse

Nicolas de Flüe (1417-1487), saint patron de la Suisse

Être dans le monde sans être du monde

Un saint « de Suisse » pour le monde, plutôt qu’un saint « suisse » pour la Suisse…

Il aura fallu cinquante ans à Nicolas de Flüe pour « sortir du monde » tout en y restant encore vingt ans, sans désormais être « dans le monde ». Solidement implanté dans cette partie de territoire de l’ «Urschweiz », la Suisse dite « primitive », le berceau des libertés helvètes dont il devient un héraut. Il y est officier, homme soucieux du bien commun, illettré mais impliqué dans tout ce qui responsabilise un citoyen, père de famille, époux attentif de Dorothée, d’une droiture exceptionnelle en toutes choses. Ces cinquante premières années (1417-1467) forment l’assise nécessaire, le socle de l’édifice spirituel qui permettra ensuite l’exceptionnel rayonnement des vingt dernières années de sa vie (1467-1487), alors même que Nicolas se sera retiré du monde. 

Ni moine, ni prêtre, ni clerc : une sainteté laïque, d’autant plus fortement présente qu’elle est discrète et silencieuse, toute habitée aussi du mystère de l’Eglise-Corps spirituel dont le Christ est la pierre angulaire. Il vit désormais en ermite au Ranft, à quelques centaines de mètres seulement de la maison familiale, avec la permission de Dorothée. Entrant dans un jeûne absolu de vingt années, que plusieurs sources sérieuses attestent comme incontestable. Ceci pour creuser cet espace intérieur où pourra venir habiter, se dire et se déployer en lui l’amour de Dieu, particulièrement à travers l’Eucharistie à laquelle il participe chaque jour. 

L’après-midi, il reçoit les visiteurs qui viennent chercher ses conseils et sa paix, dans une époque si troublée. Des plus humbles aux plus puissants et influents, que la curiosité ou la politique lui amènent aussi parfois.  Il écoute, suggère, intercède, avec l’humilité d’une clairvoyance greffée sur Dieu. Loin du monde, le monde venait néanmoins à lui, dans le creux de ce vallon des Alpes, il se faisait alors, comme le Christ, tout à tous. De majestueuse stature, et pourtant si humble, il rayonnait des deux « signatures » du Christ, la paix et la joie.

Plusieurs siècles de vénération ont précédé sa canonisation tardive (1947), comme pour Jeanne d’Arc : Nicolas de Flüe est de ceux pour lesquels on a crié : santo subito ! Prions-le avec ferveur, il est d’un grand secours !

                                                                                      

Frère Alexis 

Post a Comment

*

code

Où nous trouver

Paroisse Saint-François de Sales

La paroisse s’inscrit au coeur d’un quartier populaire et multi-culturel du centre-ville de Genève.

Pour toute question, n'hésitez pas à nous contacter :

Accueil : +41 22 708 10 00
Secrétariat : +41 22 708 10 54
secretariat@stfrancois-ge.ch